Quoi de neuf en contactologie ?

0

L’incidence de ces événements indésirables d’origine microbienne pousse les chercheurs et l’industrie de la contactologie à développer des traitements antimicrobiens de surface pour les lentilles et leurs étuis.

Le concept de ces traitements anti-microbiens est le suivant : ils doivent permettre de prévenir l’adhésion des micro-organismes à la surface des lentilles et des étuis, limitant ainsi la formation d’un biofilm, dans le but d’empêcher, ou au moins de limiter, les complications infectieuses et inflammatoires liées au port de lentilles de contact.

Rappels sur la formation d’un biofilm

Un biofilm est un ensemble de micro-organismes qui vont adhérer à une surface, tout en étant solidaires les uns des autres. Leur cohésion est renforcée par la production d’une matrice extracellulaire.

La formation d’un biofilm commence avec l’adhésion de micro-organismes solitaires sur n’importe quelle surface, qui peut être la surface d’une lentille ou d’un étui à lentilles. Une fois que la colonisation a débuté, le biofilm se développe grâce au recrutement de nouveaux micro-organismes et grâce à leur multiplication. Pendant cette phase de -croissance, la production d’une matrice extracellulaire de polysaccharides va assurer la cohésion du biofilm. La dernière étape est une phase de dispersion permettant au biofilm de s’étendre et de coloniser de nouvelles surfaces [1].

Les voies de recherche

Les chercheurs ont testé différents agents antimicrobiens, qui peuvent être inclus directement dans le polymère des lentilles ou fixés en surface.

Ces agents antimicrobiens doivent à la fois lutter contre l’adhésion des micro-organismes et assurer une lyse des microbes qui auraient, malgré tout, réussi à adhérer à la surface des lentilles ou de leurs étuis.

La lentille idéale aurait alors les caractéristiques suivantes :

– activité antimicrobienne de large spectre ;

– port sans risque pour la surface oculaire ;

– impact minimum sur la flore microbienne saprophyte.

Nous allons passer en revue les différents agents antimicrobiens déjà étudiés. Quel que soit l’agent testé, les[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur