Complications oculaires des chimiothérapies

0

Il est bien connu que les chimiothérapies cytotoxiques “classiques”, en particulier les agents les plus souvent utilisés (cyclophosphamide, sels de platine, méthotrexate), peuvent entraîner toute une série de complications oculaires. Celles-ci peuvent être minimes et sans conséquences visuelles, telles qu’une hyperhémie conjonctivale ou un larmoiement, mais parfois graves pouvant aller jusqu’à une perte de vision suite à une neuropathie optique par exemple.

Plus récemment, les thérapies ciblées sont apparues dans la prise en charge des maladies cancéreuses. Il s’agit de molécules qui inhibent de multiples voies impliquées dans la croissance et la survie des cellules cancéreuses. Ces médicaments, plus spécifiques que la chimiothérapie cytotoxique classique, sont censés entraîner moins de toxicité. Cependant, avec leur utilisation qui s’élargit depuis quelques années, un certain nombre d’effets secondaires ont été identifiés, avec des toxicités oculaires qui sont décrites et dont la fréquence n’est pas négligeable [1, 2].

Traitements anticancéreux et leur toxicité oculaire

1. Chimiothérapie cytotoxique classique

Les complications sont le plus souvent dose-dépendantes, et les conjonctivites ainsi que des complications neurorétiniennes sont les effets secondaires les plus souvent décrits. Chaque classe médicamenteuse a une toxicité ophtalmologique particulière.

• Les alkylants

Les nitrosourées peuvent entraîner une vision “floue” et des cataractes.

Les sels de platine (cisplatine et carboplatine) ont une toxicité neurologique et neurorétinienne, particulièrement le cisplatine qui peut provoquer une altération de la vision des couleurs parfois persistante même plusieurs mois après l’arrêt, ainsi que des neuropathies optiques, des œdèmes papillaires et des anomalies de l’épithélium pigmentaire rétinien.

Le cyclophosphamide entraîne chez près de 50 % des patients un syndrome sec, mais aussi des conjonctivites.

Le chlorambucil est réputé donner des kératites, mais rarement chez les[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service d’Oncologie Oculaire, Institut Curie, PARIS.

Laisser un commentaire