Les infections orbitaires de l’enfant

0

La porte d’entrée des cellulites orbitaires est sinusienne dans 85 % des cas. La formation des cavités sinusiennes évolue pendant l’enfance ; les cellules ethmoïdales commencent à se former in utero, le sinus maxillaire vers 2-3 ans et le sinus frontal après 5 ans. En conséquence, les sinusites sont principalement ethmoïdales entre 6 mois et 5 ans, maxillaires à partir de 3 ans, et frontales à partir de 10 ans. D’autres portes d’entrée moins fréquentes sont connues : cutanée (10 %), infection des voies lacrymales, abcès dentaire, fracture du massif facial, chirurgie oculo-orbitaire.

Les germes les plus fréquemment retrouvés sont Staphylococcus aureus, Haemophilus influenzae (dont la vaccination a permis de diminuer la fréquence) et Streptococcus pneumoniae.

La principale barrière à une infection orbitaire est le septum orbitaire. Le franchissement du septum différencie cellulite pré-septale, de bon pronostic, et cellulite rétro-septale, dont les complications peuvent être redoutables.

Diagnostic

Le tableau classique est celui d’un enfant fébrile présentant une altération de l’état général associée à un œdème palpébral inflammatoire marqué, dans un contexte de sinusite.

La classification de Chandler (tableau I) permet de classer les stades de cellulites en se basant sur l’examen clinique (tableau II).

1. Cellulite pré-septale

Elle représente plus de 75 % des cas de cellulite. L’œdème palpébral est secondaire à l’obstruction du plexus de la veine ophtalmique supérieure. Les signes cliniques associent œdème palpébral, érythème palpébral inflammatoire. L’œil est blanc, il n’y a pas d’exophtalmie ni de chémosis. L’oculomotricité est normale tout comme le reflexe photomoteur. Le fond d’œil[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service d’Ophtalmologie, Hôpitaux Universitaires, STRASBOURG.

Laisser un commentaire