Chirurgie mini-invasive du glaucome par voie trabéculaire : panorama des dispositifs

0

Depuis ces dernières années, la chirurgie du glaucome a été révolutionnée par l’arrivée de nouveaux dispositifs baptisés sous le nom de MIGS pour Minimally Invasive Glaucoma Surgery. L’objectif de ces nouvelles techniques est d’offrir une baisse de la pression intraoculaire (PIO) en limitant le risque de complications liées à la réalisation d’une chirurgie filtrante classique : sclérectomie profonde non perforante (SPNP) et surtout trabéculectomie.

Même si la définition exacte de ce qu’est un MIGS n’est pas encore clairement établie, ils présentent certaines caractéristiques communes :

  • ils sont implantés ab interno à travers une incision cornéenne ;
  • la technique chirurgicale est effectuée sans ouverture de la conjonctive ;
  • ils sont efficaces pour réduire la PIO ;
  • ils présentent moins de risque de complications qu’une chirurgie filtrante classique ;
  • la récupération visuelle est plus rapide qu’avec une chirurgie filtrante classique ;
  • ils peuvent être implantés seuls mais sont le plus souvent associés à la chirurgie de la cataracte.

Les MIGS utilisent différentes voies afin de favoriser l’écoulement de l’humeur aqueuse : trabéculaire, suprachoroïdienne ou sous-conjonctivale. Ceux qui utilisent la voie trabéculaire répondent parfaitement aux conditions qui définissent les MIGS.

Dans le glaucome à angle ouvert (GAO), la majorité des résistances à l’écoulement de l’humeur aqueuse se localise au niveau du trabéculum juxta-canalaire dans la paroi interne du canal de Schlemm [1]. Les dispositifs trabéculaires ont ainsi pour objectif de rétablir la voie naturelle d’écoulement de l’humeur aqueuse de la chambre antérieure vers le canal de Schlemm. Ces dispositifs ont un objectif de baisse de la PIO plus modeste par rapport à celui de la chirurgie filtrante classique, mais ils permettent de réduire la PIO et le nombre des collyres anti-glaucomateux avec moins de risque de complications et une récupération visuelle très rapide. Ils sont le plus souvent associés à une chirurgie de la cataracte.

Les dispositifs trabéculaires qui existent actuellement sur le marché mondial sont l’iStent[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos des auteurs

Service d’Ophtalmologie, Hôpital Ambroise-Paré, Boulogne-Billancourt, Service d’Ophtalmologie, CHNO des 15-20, PARIS,

Service d’Ophtalmologie, Hôpital Ambroise-Paré, Boulogne-Billancourt, Service d’Ophtalmologie, CHNO des 15-20, PARIS, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

Service d’Ophtalmologie 3, CHNO des XV-XX, PARIS. Service d’Ophtalmologie, Hôpital Ambroise Paré, BOULOGNE. Université de Versailles Saint- Quentin-en-Yvelines, VERSAILLES. INSERM, U968, PARIS. Université Pierre et Marie Curie Paris 6, UMR S 968, Institut de la Vision, PARIS. CNRS, UMR 7210, PARIS.