OCT postopératoires chez les patients ayant bénéficié d’un Argus®II

0

Rizzo S, Cinelli L, Finocchio L et al. Assessment of postoperative morphologic retinal changes by optical coherence tomography in recipients of an electronic retinal prosthesis implant. JAMA Ophthalmol, 2019 [Epub ahead of print].

“Ils se rendirent à Bethesda ; et l’on amena vers Jésus un aveugle, qu’on le pria de toucher. Il prit l’aveugle par la main, et le conduisit hors du village ; puis il lui mit de la salive sur les yeux, lui imposa les mains, et lui demanda s’il voyait quelque chose. Il regarda, et dit : J’aperçois les hommes, mais j’en vois comme des arbres, et qui marchent [1].”

Rendre la vue aux aveugles a certainement une dimension biblique. Mais comme le souligne Julia A. Haller, dans l’éditorial du dernier numéro de JAMA Ophthalmology, les porteurs de l’implant Argus® II (Second Sight Medical Products, Sylmar, CA), approuvé en 2013 pour les patients atteints de rétinite pigmentaire parvenus au stade de cécité, ont des performances visuelles qui peuvent évoquer celle décrite par Marc dans son Évangile. Bien sûr, cette vision, si rudimentaire soit-elle, apparaît inestimable à ceux qui en bénéficient.

Depuis 2013, l’implantation des Argus® II a progressivement pris de l’ampleur en Amérique du Nord comme en Europe. Plusieurs auteurs ont pu analyser le suivi postopératoire immédiat puis plus à distance, comme les auteurs de cette série analysée en Italie. Certains auteurs avaient déjà utilisé l’OCT pour le suivi opératoire des patients, mesurant en particulier la mobilisation de l’implant par rapport aux plans rétiniens et sous-rétiniens [2, 3].
Les auteurs de l’article publié dans le dernier numéro de JAMA Ophthalmology ont analysé les modifications rétiniennes postopératoires au niveau de l’interface entre la rétine et la prothèse rétinienne Argus® II, avec son réseau d’électrodes, pour tenter de les corréler avec l’évolution fonctionnelle.

Il s’agit d’une revue de cas consécutifs et non comparatifs dans une série rétrospective de 33 yeux, chez 33 patients ayant bénéficié de l’implantation d’une prothèse rétinienne Argus® II entre le 28 octobre 2011 et le 8 juin 2017 dans 2 centres différents, l’un à Pise, l’autre à Florence, par le même chirurgien (S.R.). 13 patients dont le suivi n’a pas atteint 6 mois ont été exclus de l’analyse.

Sur les 20 patients inclus dans l’analyse (âge moyen de 57,4 ans), les OCT postopératoires (1, 3, 6, 12 et 24 mois) ont montré le développement d’un tissu hyperréflectif évoquant une fibrose, limité à l’interface entre l’implant et la rétine dans 10 yeux (50 %). Chez 9 patients sur 10 (90 %), la fibrose s’est majorée et l’aspect a évolué vers la formation d’un schisis rétinien (fig. 1).

Malgré le développement de la fibrose et du schisis, les auteurs n’ont[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Centre de Rétine Médicale, MARQUETTE-LEZ-LILLE, Service d’Ophtalmologie, Hôpital Lariboisière, PARIS.

Laisser un commentaire