L’adaptation en orthokératologie

0

1re étape : la réfractionOutre la réfraction habituelle d’une adaptation en lentilles rigides, elle aura quelques spécificités :débusquer l’astigmatisme interne, qui est un facteur d’échec au-delà d’une dioptrie (le plus souvent seul l’astigmatisme cornéen antérieur est traité par l’orthokératologie) ;ne pas hésiter à faire une cycloplégie pour l’enfant afin d’éviter une surcorrection, et chez l’hypermétrope afin d’éviter de dépasser les limites de correction qui sont, rappelons-le, comprises entre une hypermétropie de +4 et une myopie de -7, associées ou non à un astigmatisme de -4 chez l’adulte ;pour le presbyte : déterminer le maximum convexe, les dominances et l’addition minimum (une légère bascule est possible).2e étape : la topographieLa topographie préalable est l’étape la plus importante car elle conditionne le calcul des paramètres des lentilles. S’il est possible de les modifier une fois l’adaptation comme[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Centre médical d’Ophtalmologie, CHANTILLY, Unité de Contactologie des 15-20, PARIS.

Laisser un commentaire