Modifications rétiniennes liées au grand âge

0

Le vieillissement de la population s’observe dans l’ensemble de l’Union européenne et la France ne fait pas exception à cette règle. D’après l’Insee, au 1er janvier 2018 en France, les personnes âgées de plus de 75 ans représentaient 9,3 % de la population et, selon les projections, cette proportion devrait attendre environ 14,6 % en 2040 et 17,9 % en 2070 [1]. Cette transformation progressive et inéluctable de notre pyramide des âges va nous amener à soigner plus de séniors. Ces patients requièrent plus particulièrement notre expertise puisqu’ils sont touchés par des pathologies oculaires spécifiques du vieillissement pouvant induire une dépendance et consultent donc très régulièrement leur ophtalmologiste [2].

Modifications de la macula : drusen et DMLA

Les drusen sont des accumulations de produits de dégradations de la photo-­transduction entre la membrane basale de l’épithélium pigmentaire (EP) et la membrane de Bruch. Ils sont composés de lipides (plus de 40 % de leur volume) et de protéines diverses (TIMPS3, vitro­nectine, bêta-amyloïde, apolipoprotéines…). Ils sont secondaires à la dysfonction de l’unité fonctionnelle constituée par l’EP, la membrane de Bruch et la choriocapillaire, et sont assez communs puisque retrouvés chez presque 20 % des plus de 75 ans [3]. Leur présence est à considérer comme une modification physiologique liée à l’âge s’ils sont présents en faible nombre, de petite taille (inférieure à 63 µm) et sans remaniement pigmentaire [4].

Au cours de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), les drusen sont des éléments sémiologiques caractéristiques (fig. 1). On distingue ainsi les formes précoces et intermédiaires de DMLA, qui présentent des[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos des auteurs

Service d’Ophtalmologie, CHU de DIJON.