0

Rétinologues vs IA pour la détection des fluides intrarétiniens

Le rythme des traitements des formes exsudatives de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) est avant tout basé sur l’analyse des images d’OCT et la détection des signes d’activité néovasculaire, principalement représentés par la présence de fluides intrarétiniens (micro-logettes d’œdème) et de fluides sous-rétiniens (décollement séreux rétinien [DSR]).

L'Année ophtalmologique 2020
0

La cornée “s’image” de plus en plus précisément. L’OCT cornéen autorise déjà une visualisation anatomique de chaque couche, des opacités et des dépôts dystrophiques. Il permet des reconstructions topographiques, pachymétriques totales et distinctes, épithéliales et possiblement à venir de la couche de Bowman (fig. 1) [1]. L’OCT de demain, dans nos consultations, pourrait approcher l’échelle cellulaire en complément ou en remplacement (car non contact) de la microscopie spéculaire. Des acquisitions volumétriques d’OCT en face avec reconstruction ultra-haute résolution permettent une analyse fine ultrastructurale (fig. 2 et 3) [2, 3], avec un intérêt potentiel non exhaustif dans les kératopathies neurotrophiques (visualisation de l’innervation cornéenne), le kératocône, les dystrophies, endothéliales notamment, mais également les atteintes de surface du film lacrymal.

L'Année ophtalmologique 2020
0

L’allergie oculaire est un problème majeur de santé publique du fait de son impact sur la qualité de vie des patients et l’augmentation de sa prévalence ces dernières années. Ses mécanismes ne sont pas élucidés et font l’objet de nombreuses études. Cet article a pour ambition de résumer les principales nouveautés de 2020 sur le sujet et de mettre en lumière certaines perspectives d’avenir.

L'Année ophtalmologique 2020
0

Malgré la pandémie, l’année 2020 a vu arriver sur le marché français de nouvelles lentilles et si, dans un premier temps, le confinement a empêché certains cabinets d’adapter et les porteurs de se réapprovisionner du fait de la fermeture des magasins d’optique, l’activité a repris à la fin du printemps quand les études observationnelles ont montré l’absence de contrindications au port de lentilles à la condition du strict respect des mesures d’hygiène classiques, pour lesquelles un rappel est toujours utile à chaque consultation !

Les différentes réunions de la Société française des ophtalmologistes adaptateurs de lentilles de contact (SFOALC, sfoalc.info) ainsi que celles organisées par ses sociétés régionales satellites ont parfois eu lieu sous forme virtuelle. Certains opérateurs de renom comme le 15-20 Institute ont pour la première fois diffusé une session de contactologie et les confrères curieux de débuter ou de progresser dans cette surspécialité vont désormais avoir à disposition les deux modes de conférences.

L'Année ophtalmologique 2020
0

Nul doute que le contexte sanitaire de l’année 2020 a entraîné des bouleversements majeurs dans la prise en charge de nos patients. Si, en 2019, l’inflation du nombre de cataractes opérées s’est poursuivie, passant de 883 677 cataractes opérées en 2018 à 911 767 en 20191, soit une augmentation d’un peu plus de 3 %, en revanche, en 2020, la chute d’activité a été très importante et a touché la planète entière.

L'Année ophtalmologique 2020
0

Comme chaque année, c’est avec grand plaisir que je vous présente une sélection d’articles illustrant les grandes nouveautés ou principales évolutions dans le domaine du glaucome. Cette année, j’ai sélectionné des articles qui permettent d’imaginer nos pratiques futures pour le diagnostic, le suivi et l’évaluation de la progression, le traitement médical et le traitement chirurgical. Bien évidemment, certaines innovations présentées sont à un stade de développement avancé et leur utilisation dans un avenir proche est très probable, alors que d’autres sont encore à un stade plus précoce de leur développement et leur utilisation en pratique courante est encore incertaine.

L'Année ophtalmologique 2020
0

Malgré ou en partie grâce à la pandémie qui a pu favoriser l’activité d’écriture, l’actualité concernant la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) reste riche cette année, avec des sujets concernant la pathogénie des lésions élémentaires, les protocoles de traitement et les nouveautés thérapeutiques. Nous reprenons ici les éléments qui nous ont semblé les plus marquants.

L'Année ophtalmologique 2020
0

La pandémie de COVID-19 a sensiblement réduit l’activité de recherche clinique et, dans une certaine mesure, les innovations thérapeutiques dans de nombreux domaines. En surface oculaire, quelques nouveautés ont toutefois marqué l’année. Tout d’abord, il faut bien reconnaître que cette maudite COVID-19 entretient quelques relations avec la surface oculaire. Pour changer de thématique, on a également vu des entités décrites depuis de nombreuses années revenir sur le devant de la scène avec une nouvelle dynamique pour la recherche de solutions thérapeutiques : on pense notamment aux douleurs neuropathiques cornéennes et aux blépharites à Demodex. Enfin, de nouveaux traitements anti-inflammatoires pour les cas les plus modérés comme pour les cas les plus sévères ont trouvé leur place dans notre “boîte à outils” des pathologies de surface.

Revues Générales
0

Les téléphones portables sont omniprésents dans notre société et permettent à nos patients d’améliorer leurs échanges avec le cabinet médical. Grâce à eux, nos patients sont aussi capables d’obtenir plus d’informations avant et après les consultations d’ophtalmologie. Nous devons nous adapter à ces nouvelles habitudes et proposer des sites web informatifs de qualité. L’utilisation des QR codes offre aux consultants des vidéos récréatives ou d’information, des journaux ou des données créées par nous-mêmes.
L’arrivée de la 5G et des réseaux rapides va permettre d’aller plus loin et d’accéder à des vidéos de grande qualité, d’anatomie ou de physiologie, avec des explications précises sur les chirurgies que nous leur proposons.

Revues Générales
0

L’OCT peropératoire est une technique récente, prometteuse. Elle est commercialisée depuis 5 ans et a été initialement conçue pour faciliter la chirurgie vitréorétinienne. Son champ d’application s’est entre-temps développé et la chirurgie de greffe lamellaire de cornée semble être aujourd’hui l’indication la plus évidente de cet appareil.
Nous faisons dans cet article le point sur les indications actuelles, les limitations d’utilisation et les développements souhaités pour augmenter son utilisation en pratique courante.

Revues Générales
0

La pathologie orbitaire est vaste du fait des éléments anatomiques variés qui la composent. Il convient d’orienter le diagnostic par l’analyse des antécédents et des signes cliniques (exophtalmie, énophtalmie, atteinte oculomotrice, altération de l’acuité visuelle, déficit du champ visuel…). Ceux-ci se rapportent au siège supposé de l’atteinte. L’IRM détient une place de choix pour l’étude orbitaire, offrant un détail précis de la morphologie et du signal de chaque composant. En dehors de quelques indications (traumatisme et corps étranger), l’IRM est indiquée en première intention.
Le diagnostic de nature de la lésion orbitaire peut nécessiter la réalisation complémentaire de l’échographie Doppler (pour étudier la vascularisation intralésionnelle) et/ou du scanner si la lésion, trop proche d’une structure osseuse, nécessite une étude fine du cadre osseux (lyse, condensations ou amincissement, recherche de calcifications intralésionnelles).