0

Rétinologues vs IA pour la détection des fluides intrarétiniens

Le rythme des traitements des formes exsudatives de la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) est avant tout basé sur l’analyse des images d’OCT et la détection des signes d’activité néovasculaire, principalement représentés par la présence de fluides intrarétiniens (micro-logettes d’œdème) et de fluides sous-rétiniens (décollement séreux rétinien [DSR]).

Revue Francophone des Spécialistes de la Rétine
0

Les plaies oculaires du segment postérieur sont des urgences chirurgicales touchant préférentiellement le sujet jeune, consécutives à un accident domestique ou du travail, ou survenant dans un contexte médico-judiciaire. Les tableaux cliniques sont variés, opposant des signes fonctionnels minimes de pénétration intraoculaire d’un corps étranger de petite taille et de haute vélocité à des éclatements dramatiques du globe oculaire engageant de fait le pronostic anatomique, en sus du pronostic fonctionnel. Le bilan lésionnel initial doit être précis et exhaustif, la recherche d’un corps étranger intraoculaire systématique, aidée par la tomodensitométrie.
La prise en charge chirurgicale doit être effectuée sans délai, au plus tard dans les 24 premières heures sous couvert d’une antibioprophylaxie afin de limiter le risque d’endophtalmie. Les reprises chirurgicales sont fréquentes afin de gérer les lésions associées, notamment vitréo-rétiniennes, qui conditionnent le pronostic mais aussi leurs complications, au premier rang desquelles la prolifération vitréo-rétinienne, source de décollement de rétine secondaire parfois récurrent. En dépit d’une prise en charge de plus en plus efficiente, ces urgences traumatiques représentent toujours une cause importante de cécité mono­culaire légale de l’adulte jeune, qui en font toute la gravité.

Revue Francophone des Spécialistes de la Rétine
0

L’holographie laser Doppler est la première technique d’imagerie quantitative du flux sanguin qui a été développée ces dix dernières années par l’institut Langevin et le Centre d’investigation clinique (CIC) des Quinze-Vingts. Cette technique non invasive et très robuste offre la possibilité de mesurer le flux sanguin rétinien et d’imager avec une grande précision la vascularisation choroïdienne, en distinguant veines et artères. Son champ d’application potentiel est vaste, il va du glaucome aux occlusions veineuses, en passant par la pachychoroïde, la myopie, les tumeurs, les conséquences hémodynamiques des variations de pression intracrânienne, l’hypertension artérielle, ainsi que certaines pathologies du segment antérieur de l’œil, pour ne citer que les études en cours au CIC des Quinze-Vingts.

Congrès
0

Le symposium Rétine du Laboratoire Allergan organisé lors de la Journée nationale de la Société Française de Rétine a présenté les résultats d’un consensus d’experts français concernant la prise en charge de l’œdème maculaire diabétique (OMD) traité par implant de dexaméthasone. Ce consensus a fait l’objet de la rédaction d’un article scientifique actuellement soumis pour publication.

L'Année ophtalmologique 2020
0

La propagation de la COVID-19 et son impact sur les populations de toutes les régions du monde ont conduit à une crise mondiale d’une portée et d’une proportion sans précédent au cours de l’année écoulée. Avec des millions de personnes contraintes de travailler depuis leur domicile, des bureaux et des magasins fermés dans le cadre de mesures d’endiguement de la pandémie et des déplacements partout fortement réduits, il semblait plus que probable que les pratiques médicales jugées “de confort” comme la chirurgie réfractive subissent une réduction significative de leur activité.

L'Année ophtalmologique 2020
0

Bonne nouvelle : la COVID n’a pas contaminé l’oculoplastie ! Bien au contraire, cette année 2020 a été marquée par un grand dynamisme. Peu de nouvelles technologies mises en avant cette année, contrairement à l’année précédente. Le cru 2020 a plutôt été marqué par des articles cliniques dont certains ont abordé des sujets particulièrement controversés. Par exemple : faut-il préférer des implants couverts ou nus en cas d’énucléation ? La radiothérapie orbitaire est-elle vraiment efficace dans l’orbitopathie dysthyroïdienne ?

0

Pauline bénéficie depuis 4 ans d’un suivi spécialisé de sa myopie évolutive au CHU de Saint-Étienne. Il s’agit d’une jeune fille sans antécédent particulier, passionnée de gymnastique et de lecture. Ses deux parents sont myopes (myopie autour de 2 dioptries chez la maman et autour de 3 dioptries chez le papa). Ses premières lunettes ont été prescrites par un confrère quand elle était en CP, à l’âge de 6 ans.

Revue Francophone des Spécialistes de la Rétine
0

Le numéro de printemps de la Revue Francophone des Spécialistes de la Rétine, publiée sous l’égide de notre Club Francophone des Spécialistes de la Rétine (CFSR), était habituellement l’occasion de se réjouir par avance de nos retrouvailles durant la journée du CSFR, en marge de la Société française d’ophtalmologie. Hélas, cette année non plus, nous ne serons pas en présentiel à cause de l’épidémie qui n’est toujours pas contrôlée. Toutefois, la journée du CFSR aura bien lieu le samedi 8 mai 2021 en virtuel et nous vous espérons nombreux. En attendant, nous pouvons déjà lire avec plaisir ce numéro vous proposant des articles de grande qualité.

L'Année ophtalmologique 2020
0

La myopie s’installe soit dans la petite enfance, soit à l’adolescence et progresse régulièrement (de 0,5 à 1 dioptrie par an) pour se stabiliser vers l’âge de 25 ans [1]. Le degré final de myopie est d’autant plus fort que le déclenchement est précoce. Ainsi, les myopies déclenchées dans l’enfance ont un fort potentiel d’évolution vers la myopie forte et son contingent de complications. Un des enjeux actuels du dépistage visuel est ainsi la mise en évidence précoce de la myopie. Par ailleurs, la prévalence de la myopie connaît une nette augmentation partout dans le monde.