Nouvelles conceptions dans le glaucome par fermeture de l’angle

0

Le glaucome primitif par fermeture de l’angle est une patho-logie fréquente aux mécanismes multiples et complexes. Des études épidémiologiques ont montré que cette forme de glaucome représentait environ un tiers du nombre total de personnes atteintes de glaucome dans le monde. Ainsi, le glaucome primitif par fermeture de l’angle affecte environ 15 à 20 millions de personnes, parmi lesquelles 4 à 5 millions sont atteintes de cécité bilatérale [1]. Cette forme de glaucome peut donc être considérée comme étant plus sévère que les glaucomes à angle ouvert, car elle aboutit plus fréquemment et plus précocement à la perte de la vue.

L’identification de cette forme de glaucome et la compréhension de ces mécanismes sont relativement récentes. En 1920, Curran a noté l’efficacité d’une iridectomie pour abaisser la pression intraoculaire (PIO) et a suggéré qu’un ralentissement de l’écoulement de -l’humeur aqueuse au travers de la pupille pouvait être la cause de certains glaucomes [2]. En 1950, une étude biométrique a permis à Rosengren de classer les yeux atteints de glaucome en deux groupes : d’une part des yeux ayant une chambre antérieure étroite et une élévation importante et sympto-matique de la PIO, et d’autre part des yeux ayant une chambre antérieure profonde et une élévation plus modérée et asymptomatique de la PIO [3]. Par la suite, le développement de l’examen gonioscopique a abouti à distinguer les glaucomes à angle fermé, chroniques ou aigus avec une élévation brutale et symptomatique de la PIO, des glaucomes à angle ouvert.

Les techniques d’imagerie du segment antérieur et du segment postérieur développées ces dix dernières années, telle la tomographie par cohérence optique, ont permis d’importantes avancées dans la compréhension de la physio-pathologie des glaucomes par fermeture de l’angle, notamment en démontrant le rôle de l’uvée (iris et choroïde) dans la genèse de cette forme de glaucome. Sur le plan de la thérapeutique, plusieurs larges études de cohorte ont évalué les bénéfices et les risques des différentes stratégies de prise en charge de cette forme de glaucome, et montré que -l’extraction du cristallin pouvait constituer une alternative plus efficace et plus sure[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Clinique Ophtalmologique Universitaire de Grenoble et Université Grenoble Alpes.