Éditorial

0

Depuis les années 1990, le traitement des mélanomes choroïdiens s’est peu modifié, reposant sur l’énucléation, pour les plus volumineux, ou sur la radiothérapie, qu’elle soit de contact ou par protonthérapie. Si ces traitements ont prouvé leur efficacité localement, le problème des effets secondaires de la radiothérapie reste entier et, en cas de localisations secondaires, les chimiothérapies conventionnelles demeurent palliatives.Si le diagnostic repose toujours sur un faisceau d’arguments comprenant : la clinique, l’évolution, l’échographie et l’angiographie à la fluorescéine et l’ICG, les nouveaux OCT comme le swept-source permettent depuis peu de mieux analyser les formes de la tumeur et l’aspect de la choriocapillaire. L’OCT-angiographie est également intéressant pour le suivi post-thérapeutique de ces lésions et les modifications vasculaires, artérielles, capillaires et veineuses survenant des années après radiothérapie.Enfin, l’ap[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Centre Ophtalmologique Saint-Sulpice, PARIS.

Laisser un commentaire