Apport de la génétique dans la survie des mélanomes de la choroïde

0

Les mélanomes de l’uvée, bien que rares (7/1 million), représentent la première tumeur maligne primitive intraoculaire. Malgré l’amélioration de la prise en charge, qui repose sur la curiethérapie ou la protonthérapie pour les tumeurs de petite taille et de taille moyenne, et sur l’énucléation pour les tumeurs volumineuses, le pronostic à long terme reste sombre avec une mortalité à 15 ans de près de 50 % [1, 2], le plus souvent liée à des métastases hépatiques [3]. Ces métastases sont rarement mises en évidence au moment du diagnostic. Le pic de mortalité survient 3 ans après le diagnostic, mais l’évolution clinique est difficile à prédire : le décès peut ainsi survenir 5, 10 ou 15 ans après le diagnostic et le traitement initial, et des métastases tardives ont été décrites 36 ans après énucléation [4].Classiquement, les facteurs de mauvais pronostic sont l’âge du patient, la taille de la tumeur, la présence d’une extravasation extr[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Centre Ophtalmologique Saint-Sulpice, PARIS.

Laisser un commentaire