Les rétinites infectieuses : aspects cliniques, diagnostic et options thérapeutiques

0

Rétinites parasitaires1. ToxoplasmoseLa toxoplasmose atteint près d’un tiers de la population mondiale. Environ 1 à 3 % des personnes infectées peuvent développer une maladie oculaire inflammatoire cécitante [1]. L’affection est liée à un parasite, le Toxoplasma gondii. Le chat est l’hôte définitif. La contamination de l’homme se fait par les oocystes dans les excréments de chat, par une alimentation contaminée par de la terre souillée, ou par une contamination de viande crue ou mal cuite contenant des kystes. Les signes fonctionnels sont variables en fonction de l’atteinte anatomique. Une baisse d’acuité visuelle est souvent notée et peut être importante s’il existe une atteinte fovéolaire ou papillaire. Il s’y associe un scotome en fonction de la localisation du foyer et des myodésopsies s’il existe une hyalite.Classiquement, le foyer de rétinochoroïdite est blanchâtre, à bords flous, associé à une ou plusieurs lésions satellites plus ou m[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos des auteurs

Service d’Ophtalmologie, Hôpital de la Croix-Rousse, LYON.

Service d’Ophtalmologie, Hôpital de la Croix-Rousse, LYON.

Service d’Ophtalmologie, Hôpital de la Croix-Rousse, LYON.

Laisser un commentaire