Atrophie géographique et autofluorescence

0

Shen LL, Liu F, Nardini HG et al. Reclassification of fundus autofluorescence patterns surrounding geographic atrophy based on progression rate: A Systematic Review and Meta-Analysis. Retina, 2019;39:1829-1839.Les clichés en autofluorescence (AF) ont une utilisation plus répandue depuis le milieu des années 2000, en partie pour des raisons d’amélioration technique. Ces clichés ont un intérêt dans de nombreuses pathologies maculaires pour montrer “l’état de santé” de l’épithélium pigmentaire.Au cours de l’atrophie géographique (AG), le cliché en AF permet de repérer et de suivre l’évolution des plages d’atrophie. De nombreux auteurs ont aussi observé des zones d’hyper­autofluorescence en bordure de ces plages d’atrophie. Ces zones correspondent à des cellules de l’épithélium pigmentaire chargées en lipofuscine susceptibles d’évoluer plus ou moins rapidement vers la mort cellulaire. Des auteurs ont alors tenté de corréler la forme (le ph[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Centre de Rétine Médicale, MARQUETTE-LEZ-LILLE, Service d’Ophtalmologie, Hôpital Lariboisière, PARIS.

Laisser un commentaire