Compléments en micronutrition en 2019

0

La diversité des compléments alimentaires qui sont proposés rend parfois difficile le choix d’une formulation adaptée. Nous proposons ici de faire un point sur les indications actuelles. Certaines indications restent basées sur des études d’intervention comme l’AREDS, d’autres reposent davantage sur un faisceau d’arguments qui comprend des études d’observation, la pathogénie des affections ou les connaissances sur les mécanismes d’action des micronutriments.

Micronutrition et médicine générale

Aux États-Unis, l’industrie des compléments alimentaires représente environ 30 milliards de dollars par an avec plus de 90 000 produits sur le marché. D’après une étude récente, 52 % des Américains prennent au moins un complément micronutrionnel et 10 % déclarent utiliser au moins 4 produits [1]. Les vitamines et les minéraux représentent la majeure partie de ces compléments.

En dehors de l’ophtalmologie, seules quelques études ont démontré l’intérêt de ces compléments micronutritionnels en prévention primaire ou en prévention secondaire d’affections chroniques non directement liées à des carences nutritionnelles. En outre, plusieurs auteurs ont montré que les apports de compléments micronutritionnels dépassant les apports journaliers recommandés de vitamine E, de ß-carotène, d’acide folique ou de sélénium pouvaient avoir des effets secondaires importants tels qu’une augmentation du risque de cancer ou d’AVC hémorragique [2].

Le discours médical souligne le fait que les compléments alimentaires ne remplacent pas un régime alimentaire équilibré. Ces compléments alimentaires ne sont finalement pas indiqués pour la population générale mais peuvent concerner des populations à risque. En France, par exemple, environ 80 % de la population générale est déficitaire en vitamine D [3] et les populations considérées comme vulnérables (faible statut socioéconomique, exposition solaire réduite) pourraient bénéficier de compléments réguliers. Un article publié dans JAMA en 2018 faisait un point général sur l’intérêt des compléments alimentaires chez les adultes sains en fonction des étapes de la vie et pour des populations à risque de déficit (tableau I) [4].

Micronutrition et ophtalmologie

1.[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Centre de Rétine Médicale, MARQUETTE-LEZ-LILLE, Service d’Ophtalmologie, Hôpital Lariboisière, PARIS.

Laisser un commentaire