Le vitré du myope fort

0

L’allongement du globe oculaire chez le myope fort entraîne des modifications sur toutes les structures de l’œil dont le vitré. Ces modifications s’ajoutent au vieillissement physiologique du vitré et participent à certaines pathologies propres au myope.

L’analyse du vitré est donc un temps important de l’examen. La lampe à fente permet d’avoir une première approche globale, mais il est difficile de différencier les différentes structures du vitré et notamment de dire s’il y a avec certitude un décollement postérieur total du vitré ou non.

C’est l’OCT qui est aujourd’hui l’examen de référence pour examiner l’interface vitréorétinienne. La chirurgie a elle aussi, notamment grâce aux colorants, permis de mieux comprendre le rôle du vitré dans les pathologies maculaires chez le myope fort.

Les anomalies vitréennes chez le myope fort sont précoces

L’anomalie dégénérative la plus précoce chez le myope est la liquéfaction du vitré. Elle intervient avant qu’il y ait un décollement du vitré et elle est d’autant plus précoce que la myopie, donc la longueur axiale, est importante [1]. Initialement, les fibrilles de collagène sont bien organisées grâce à leurs associations avec l’acide hyaluronique. Cette organisation spécifique fait qu’elles sont peu visibles. C’est la disparition progressive de l’acide hyaluronique qui va entraîner une agrégation des fibrilles de collagène les rendant plus opaques et plus visibles pour les patients. Ces densifications fibrillaires sont responsables des corps flottants. Entre ces densifications existent des lacunes qui contiennent principalement de l’eau. Il est classique de voir déjà d’importants corps flottants chez un myope de -10 D à partir de la trentaine (fig. 1). L’évolution se fait vers la multiplication et la confluence de ces lacunes, puis vers le décollement postérieur du vitré (DPV).

Le DPV est classiquement plus précoce de 10 à 20 ans comparé à l’emmétrope. Cependant, chez certains patients, la hyaloïde postérieure reste anormalement adhérente à la rétine interne et le DPV ne peut se faire, entraînant ainsi une traction vitréorétinienne[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Clinique Honoré Cave, MONTAUBAN. CHU Paule de Viguier, TOULOUSE. Hôpital Lariboisière, PARIS.

Laisser un commentaire