Risque d’hypertonie après IVT : que nous apprennent les recommandations ?

0

L’avènement des injections intravitréennes (IVT) a révolutionné le pronostic de nombreuses maladies en rétine médicale, notamment la dégénérescence maculaire liée l’âge (DMLA). D’autres pathologies telles que le diabète ou les occlusions veineuses nécessitent des IVT répétées au long cours.

En France, les deux classes thérapeutiques de médicaments injectés par voie intravitréenne sont représentées par les anti-VEGF (anti-Vascular Endothelial Growth Factor) et les corticoïdes. Parmi les molécules d’anti-VEGF, le ranibizumab et l’aflibercept représentent les deux molécules ayant l’AMM pour la DMLA, l’œdème maculaire diabétique (OMD) ou secondaire aux occlusions veineuses (OVR). L’utilisation du bévacizumab est soumise à une RTU, encadrée par une législation stricte.
Concernant les corticoïdes, l’implant de dexaméthasone (DEX) 700 μg à libération prolongée représente la molécule ayant l’AMM pour l’OMD, les OVR et les uvéites postérieures non infectieuses. Les implants d’acétonide de fluocinolone ne sont pas encore utilisés en France, bien qu’ils aient une AMM européenne dans l’OMD. Les IVT d’acétonide de triamcinolone ont été abandonnées en France, source d’effets indésirables.

L’hypertonie oculaire (HTO) cortico­induite par l’utilisation des corticoïdes topiques est connue depuis longtemps [1], et cet effet indésirable demeure présent avec leur utilisation par voie intravitréenne. Aussi, la réalisation d’IVT répétées d’anti-VEGF pourrait conduire à une HTO. Ainsi, la SFG-SFO a récemment proposé un rapport et des recommandations [2] sur le risque et la conduite à tenir face à une HTO après IVT dont nous allons résumer les grandes lignes dans cet article.

L’HTO post-IVT est-elle[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service D’Ophtalmologie, Centre Hospitalier Intercommunal de CRÉTEIL, Université de CRÉTEIL

Laisser un commentaire