Toxoplasmose et immunodépression

0

La toxoplasmose oculaire est une étiologie fréquente de rétinochoroïdite infectieuse et la première cause d’uvéite postérieure. Le diagnostic de rétinochoroïdite toxoplasmique est le plus souvent aisé dans sa forme typique chez le sujet jeune immunocompétent : Il s’agit de la classique image au fond d’oeil de foyer chorio-rétinien blanc actif à proximité d’une cicatrice pigmentée et associée à une inflammation vitréenne. En revanche, chez le sujet immuno déprimé ouâgé, les lésions peuvent être parfois atypiques et apparaître sous la forme d’une nécrose rétinienne étendue, multifocale, voire bilatérale. Il est fondamental de savoir reconnaître ces rétinochoroïdites parasitaires particulières dont le pronostic fonctionnel demeure souvent réservé en cas de retard diagnostique.Savoir reconnaître une situation à risque de toxoplasmose extensiveIl est important d’être conscient de la grande diversité des contextes d’immuno dépression[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire