Adaptation du kératocône dans tous ses états

0

Nous passerons en revue l’adaptation des lentilles du kératocône à tous les stades : kératocône non opéré – débutant, modéré, sévère –, puis kératocône évolutif ayant été traité par cross-linking, pour terminer avec le kératocône opéré – greffe, anneaux intracornéens.

>>> Dans la publication Global consensus on keratoconus and ectatic diseases [1], il est recommandé d’utiliser en première intention des lentilles cornéennes rigides gaz perméables dans tous les cas de vision insuffisante en verres correcteurs. Lors d’échec d’adaptation de ce type de lentilles, des alternatives seront alors proposées : piggy-back, lentilles hybrides, lentilles souples en silicone spécial kératocône, cornéosclérales, mini-sclérales, sclérales.

La classification du kératocône en fonction de son stade évolutif va orienter le choix de la géométrie de la première lentille rigide cornéenne d’essai. Les lentilles spécifiques pour kératocône développées par Paul Rose ont simplifié largement ces adaptations, en faisant varier diamètre de la zone optique postérieure et aplatissement des dégagements périphériques en fonction du stade évolutif de celui-ci. Il faut toujours éviter un appui de la lentille au sommet du kératocône, source de majorations d’opacités cornéennes.

Lors d’inconfort avec ce type de lentille, l’utilisation d’un piggy-back est une option simple pouvant améliorer nettement le temps de port. L’utilisation de lentille souple jetable journalière sous la lentille rigide a simplifié cette adaptation. Parmi les autres options, la lentille hybride à haut DK, rigide au centre et souple en périphérie, en silicone hydrogel reste une adaptation simple dans les stades modérés de kératocône, plus technique dans les stades très évolués. Des lentilles souples très épaisses en silicone hydrogel sont largement développées aux États-Unis. Le confort est très bon, elles permettent, de par leur épaisseur, de masquer les irrégularités cornéennes, sauf dans des cas évolués. Leur perméabilité à l’oxygène, du fait de cette épaisseur, nécessite un contrôle cornéen suivi. Enfin, les verres scléraux ou cornéoscléraux peuvent équiper tous les stades, notamment évolués, des kératocônes avec un très bon confort. Ils demeurent une alternative en cas d’inconfort en lentilles rigides cornéennes.

L’âge du patient, le stade et l’évolutivité du kératocône, les antécédents d’échec en lentilles et l’unilatéralité de la maladie sont des paramètres majeurs dans l’orientation du type de lentille à choisir.

>>> Lorsqu’un cross-linking a été réalisé devant un kératocône évolutif, la diminution de la kératométrie est en moyenne de 1 à 2 dioptries. Si le patient était déjà porteur de lentilles, il faudra[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Point Vision, BORDEAUX.

Laisser un commentaire