Œdème maculaire diabétique et corticoïdes

0

Que nous apprennent les principales études ?

Plusieurs études randomisées ont démontré l’efficacité des injections intravitréennes de TA pour réduire l’œdème maculaire et améliorer l’acuité visuelle.

La clé de la réussite de la molécule est dans la répétition des injections, si besoin. Dans la plupart des études, les critères de réinjection sont fonctionnels. On réinjecte lorsque l’on a une baisse d’acuité visuelle entre le 4e et le 6e mois en général. La récidive anatomique précède de quelques semaines la récidive fonctionnelle (fig. 1).

Gillies, dans une étude randomisée évaluant l’effet de la TA versus placebo sur des OMD réfractaires au traitement par laser, a observé une amélioration de l’acuité visuelle de plus de 5 lettres dans 56 % des yeux traités par IVT de 4 mg de TA contre 26 % des yeux traités par placebo. L’amélioration moyenne de l’acuité visuelle était de 5,7 lettres sur l’échelle ETDRS dans le groupe traité par IVT de TA par rapport au groupe placebo [5].

L’extension à 5 ans de cette étude en fait le plus long suivi d’OMD traités par TA et montre que l’effet bénéfique se maintient dans la majorité des yeux après 5 ans de suivi [6].

Les injections de TA associées au laser doublent le gain en AV à 2 ans par rapport au laser seul : 36 % des patients ont eu un gain de 2 lignes ou plus versus 17 % dans le groupe laser seul à 2 ans [7].

Deux études du DRCR net ont des résultats contradictoires :

>>> Une étude randomisée a comparé le traitement par laser aux injections intravitréennes itératives de 1 ou de 4 mg de TA [8]. Après 4 mois, l’acuité visuelle était meilleure dans le groupe traité par 4 mg de TA versus 1 mg ou traitement par laser. Mais, après 2 ans de suivi, l’acuité visuelle moyenne était meilleure dans le groupe traité par laser que dans celui traité par TA. Un des biais importants de cette étude est que les auteurs ont inclus des patients ayant un œdème maculaire diabétique éligible au laser, et dans un grand nombre de cas, de type focal. Cela rappelle que le laser garde toute sa place en première intention dans l’OMD, surtout quand il est focal. Par ailleurs, l’évaluation des patients était faite[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Clinique Honoré Cave, MONTAUBAN. CHU Paule de Viguier, TOULOUSE. Hôpital Lariboisière, PARIS.