Editorial : Les vasculopathies polypoïdales choroïdiennes

1

Les classifications des VPC sont nombreuses, et nous verrons que de plus en plus se détachent les notions de formes dites “asiatique” et “caucasienne”, très différentes sur le plan angiographique.En France, la VPC se présente le plus souvent comme une DMLA exsudative “résistante” aux traitements anti-angiogéniques.La VPC peut aussi atteindre un œil apparemment sain, sans que l’on détecte l’origine de l’anomalie vasculaire choroïdienne caractéristique de la maladie. Elle peut aussi apparaître dans de nombreuses maladies oculaires autres que la DMLA. Les CRSC chroniques par exemple, surtout à la soixantaine, doivent être fortement suspectées d’abriter des polypes !Les traitements ne sont pas tout à fait les mêmes que ceux d’une DMLA exsudative classique. Il faut que les traitements puissent occlure les dilatations polypoïdales qui exsudent et sont à risque d’hémorragies parfois dramatiques chez ces patients.Enfin, les études génétiques sugg[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Un commentaire

Laisser un commentaire