0

Lunettes de conduite à verres jaunes : pas utiles pour mieux voir la nuit !

Les plus âgés d’entre nous se souviennent des lunettes jaunes “antibrouillards” de la boîte à gants de la DS de nos parents (les parents un peu moins fortunés comme les miens roulaient en ID, quant à ceux qui roulaient en 2 CV, eh bien il n’y avait pas de boîte à gants : pas besoin de gants ni de lunettes spéciales pour conduire une 2 CV !). L’intérêt de ces verres jaunes pour la conduite a été discuté dès le début des années 1950 avec des avis très partagés [1-3]. Aux États-Unis, une commission a même interdit en 1997 la publicité abusive pour ces types de verres sur l’argument que les données scientifiques n’étaient pas suffisantes pour prouver leur utilité à améliorer la vision en condition mésopique ou scotopique [4]. Pourtant, la vente de ce type de lunettes reste importante encore actuellement pour “mieux voir”, diminuer les éblouissements et faciliter la vision des obstacles, en particulier les piétons (fig. 1).

Photothèque
0

Il s’agit d’un patient de 14 ans traité pour un hémangiome capillaire rétinien (HCR) de la périphérie temporale de l’œil droit. Cliché couleur 4 h après une première séance de photocoagulation au laser argon.
Cette image a été prise avec le rétinographe grand champs (200 %) non mydriatique développé par OPTOS (optomap, Optos inc). Il permet de visualiser sur le même cliché le pôle postérieur et l’extrême périphérie rétinienne.

Photothèque
0

Monsieur G., né en 1961, présente un diabète II connu depuis l’âge de 11 ans. L’hémoglobine glyquée est mesurée à 6,5 % et la pression artérielle est habituellement à 13/8 mmHg. Monsieur G. présente par ailleurs une myopie de 5 dioptries à gauche. L’acuité visuelle est mesurée à 2/10 de loin, Parinaud 4 de près de ce côté gauche. Le patient n’a cependant pas ressenti de baisse récente des performances visuelles.

Photothèque
0

Une femme de 68 ans présentant une cataracte débutante avec une acuité visuelle mesurée à 8/10e à droite et 9/10e à gauche est adressée pour OCT devant un reflet fovéolaire anormal en biomicroscopie.

Photothèque
0

Dystrophie microcristalline de Bietti (DMB) chez une jeune femme de 29 ans d’origine turque sans aucun antécédent médi- cal. Le fond d’œil est caractéristique, présentant des cristaux jaunes brillants intrarétiniens et une atrophie de l’épithélium pigmentaire (EP) (fig. 1).